Flambée de l'énergie, pénuries...quelques bons réflexes à adopter chez soi en temps de crise

Yann Vallerie, auteur du livre Sécession.

Illustrations  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Depuis plus de deux ans maintenant, les personnes qui dirigent le pays (mais aussi des pays frontaliers) ont contribué à plonger nos territoires dans une crise économique, sociale, morale, sans précédent. Souvent pour satisfaire des intérêts qui n’ont pas grand chose à voir avec ceux des citoyens.

Alors que les conséquences de la crise dite du Covid n’ont pas encore totalement livré leur terrible verdict, voici que la guerre en Ukraine aura, elle aussi, des répercussions demain, sur nos vies à tous, ici, en Occident, notamment sur celles des plus modestes.

A défaut d’avoir la moindre prise sur ce qui se passe au niveau de la situation internationale, chaque foyer peut  néanmoins adopter quelques bons réflexes, pour ne pas être surpris, si demain, l’effondrement était tel qu’il aurait des conséquences terribles, économiquement, socialement, sécuritairement, pour chacun d’entre nous.

Prévoir, anticiper, observer, ça n’est pas être paranoïaque, c’est simplement faire en sorte de ne pas être totalement pris au dépourvu si (et seulement si) un jour, nous venions à nous retrouver dans un scénario digne de quelques films de science-fiction bien connus. La hausse des prix de l’énergie, des denrées alimentaires, les pénuries de matériaux de construction, les devis qui ne sont désormais plus valides que 12 ou 24h…cela est bien réel. Alors voici quelques réflexes, conseils, pratiques, à adopter chez soi, dans son foyer…pour préparer au mieux les défis qui s’annoncent demain, et qui nous toucheront tous, d’une manière ou d’une autre.

  • Si vous possédez une voiture, partez du principe que lorsque vous êtes à un peu plus de la moitié de votre plein d’essence, il faut refaire le plein. Ainsi, vous ne risquez pas de vous retrouver à sec si jamais la pénurie d’essence venait à pointer le bout de son nez. Par ailleurs, eu égard de l’envolée des prix, il n’est pas totalement fou de posséder chez soi quelques bidons d’essence ou de gazole, pour limiter l’impact économique sur votre portefeuille. D’autant plus qu’en cas de rationnement, qui n’est nullement à exclure, vous serez à l’aise avec quelques stocks dans ce domaine, notamment pour permettre à vos engins (agricoles, motoculture, etc…) de fonctionner au maximum

  • Lorsque vous faites des courses alimentaires, ne lésinez pas sur les conserves (d’autant plus que les prix augmentent) et sur les matières premières (farine, pâtes, riz…). L’avantage ? Une conservation à toute épreuve, et l’assurance pour votre foyer là encore, de ne pas être victime de pénuries, ou de rationnement, ou d’envolée des prix qui ne vous permettrait plus, avec les maigres salaires qu’il y a aujourd’hui en France, de faire manger correctement votre entourage. Pensez-aussi à stocker de l’eau en bouteille. Il n’est pas prudent de n’avoir qu’un ou deux packs d’eau chez soi.

  • Pour ceux (ils sont de moins en moins nombreux) qui ont de l’argent en épargne sur votre compte en banque, dites vous bien une chose, c’est que dans une spirale d’inflation comme cela pourrait arriver dans les prochains mois, votre argent perdra de sa valeur. Mieux vaut donc, dans la mesure du possible, matérialiser dès à présent ses économies plutôt que de les laisser entre les mains de banques qui, de toute façon, spéculent avec. Il ne s’agit pas d’acquérir des produits sans utilité, mais de faire le point sur ce qui manque, chez vous, pour vous permettre une certaine autonomie, mais aussi, pour vous permettre de troquer, d’échanger, d’aider votre communauté, votre entourage. Concrètement, les achats en quantité d’alcools, de tabac, de médicaments, de papier toilettes, de graines pour le potager, d’outils en tout genre, de matériaux de construction utiles à votre foyer, ne sont pas des achats inutiles, tout comme investir dans des métaux précieux dont la valeur n’augmente pas énormément mais baisse peu, n’est pas idiot non plus. Mais pour ceux qui persistent à garder des tonnes d’économie sur leurs comptes en banque, ils pourraient (conditionnel donc) avoir de mauvaises surprises un jour ou l’autre. Les crises économiques, ce n’est pas que pour l’Argentine ou les Etats-Unis…

  • Pour les tireurs sportifs et les chasseurs, il faut savoir que le pays traverse actuellement un début de pénurie au niveau des munitions. Pour la chasse, les américains de Browning ont même annoncé qu’il n y aurait pas de fusils de chasse livrés à l’été 2022, ces derniers donnant la priorité au marché américain. Du côté des munitions, il devient difficile (ou cher) de trouver certains calibres, dans les quantités légales.

  • Profitez par ailleurs de la richesse d’Internet pour découvrir des forums, des vidéos, des sites, dédiés, au « survivalisme » (un mot désormais fourre-tout mais qui contient des initiatives intéressantes), à la recherche de l’autonomie, alimentaire, énergétique. Profitez également pour chercher, à côté de chez vous, les initiatives qui vous permettront de ne être isolé dans tous les domaines abordés plus haut.

La liste des ces conseils est non exhaustive, bien entendu. Libre à chacun de les suivre, ou pas, mais alors que l’Etat fait sans arrêt tourner la planche à billets, et distribue des aides, des chèques, des primes, à l’intégralité de la société pour tenter d’enrayer la chute (mais aussi de rendre dépendant les citoyens vis à vis des autorités, d’où la perspective d’un revenu universel qui ferait basculer notre société dans un modèle à la chinoise), il ne faut pas s’attendre de si vite à des lendemains qui chantent. Les dizaines de milliards d’euros sortis depuis deux ans des poches de l’Etat (donc des contribuables) pour boucher quelques trous ici ou là, outre leur indécence (pour des élites qui rechignaient depuis des années à répondre favorablement aux demandes économiques de certains secteurs), ne seront pas sans conséquence demain.

Pour le reste, et c’est sans doute là l’avantage qu’auront incontestablement, en période de crise, les habitants des petites ou moyennes villes, ou de la ruralité, sur les métropolitains, c’est la capacité à créer du réseau. De l’échange. De la solidarité. De l’entraide. C’est ce qui permettra à chaque foyer, à chaque clan, à chaque communauté, de traverser les épreuves qui nous attendent, incontestablement, avec un minimum de calme et de sérénité, pour éviter des paniques, des stress, des inconforts vecteurs de tous les dérapages, et de tous les effondrements y compris personnels.

Soyez responsables, soyez prêts !