Mur frontalier

17 février 2019 Non Par CP
Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 14/02/2019

Mur frontalier: Donald Trump va déclarer l'urgence nationale

Cette procédure l’autorise à contourner le Congrès pour boucler le financement du mur et à recourir à l’armée pour le bâtir.

Donald Trump passe à la vitesse supérieure. Le président américain Donald Trump a l’intention de déclarer l' »urgence nationale » pour boucler le financement du mur qu’il veut ériger à la frontièreavec le Mexique afin de lutter contre l’immigration clandestine, a annoncé le chef de la majorité républicaine du Sénat ce jeudi. La Maison Blanche a rapidement confirmé cette déclaration.  

Selon Mitch McConnell, le président « a indiqué qu’il était prêt à signer » le compromis budgétaire obtenu entre parlementaires démocrates et républicains afin d’éviter un nouveau shutdown, ou paralysie budgétaire.Le Congrès américain et la Maison Blanche ont jusqu’à vendredi, minuit, pour approuver ce compromis, qui doit financer un quart des administrations fédérales.  

« Il déclarera au même moment une situation d’urgence nationale », a précisé Mitch McConnell, soulignant qu’il soutenait cette procédure rare autorisant le président des Etats-Unis à contourner le Congrès pour mobiliser des fonds.  

Féroce bataille politico-judiciaire

Le président réclame 5,7 milliards de dollars pour ériger un mur à la frontière avec le Mexique. Les démocrates ne veulent pas entendre parler de ce montant, ni de mur en béton. Après le plus long shutdown de l’histoire des Etats-Unis, qui avait précipité quelque 800 000 fonctionnairesdans la tourmente pendant 35 jours jusqu’à fin janvier, des parlementaires démocrates et républicains sont parvenus à un accord lundi soir.  

Ce compromis consacre « 1,375 milliard de dollars pour quelque 88 kilomètres de nouvelle barrière physique », selon le comité chargé des négociations du côté du Sénat, dominé par les républicains. Mais Donald Trump a été « déçu » par le montant alloué à son mur dans cet accord. Après avoir cédé le premier face aux démocrates Donald Trump cherche désormais à sortir la tête haute de cette profonde crise. 

Une loi votée en 1976, le « National Emergencies Act », l’autorise à activer des pouvoirs extraordinaires, qui lui permettraient de contourner le Congrès et de s’appuyer sur l’armée pour construire l’édifice qu’il réclame. Tous les présidents des Etats-Unis ont fait usage de ces dispositions mais dans des circonstances différentes. George W. Bush avait notamment décrété l’urgence après les attentats du 11 septembre 2001 et Barack Obama en avait fait de même lors de l’épidémie de grippe H1N1. En faisant le choix, Donald Trump sonnerait le coup d’envoi d’une féroce bataille politico-judiciaire.

https://www.youtube.com/watch?v=359_qU38f-Q&feature=youtu.be